Home Vos questions sur les marais La protection des marais
La protection des marais en Suisse

 

La Suisse est le seul pays au monde à garantir une protection totale à ses marais: suite à l’initiative de Rothenturm, acceptée par le peuple le 6 décembre 1987, la Confédération a inventorié ce qu’il restait des marais à l’échelle nationale et les a placés sous protection. Cela a débouché sur l’inventaire fédéral des hauts-marais, en 1991, puis sur l’inventaire fédéral des bas-marais en 1994. Ces deux inventaires visent à préserver intact ce qu’il reste des marais en Suisse.
L’inventaire des hauts-marais comprend actuellement 549 objets pour une surface de 1500 ha (31 tourbières dans le canton de Fribourg). Celui des bas-marais comporte nettement plus de sites ; au total 1163 marais sont classés et couvrent une surface d’un peu plus de 20’000 ha, soitlussy environ 0.5 % de la surface du pays. Dans le canton de Fribourg, 35 bas-marais figurent dans cet inventaire.A cela est venu s’ajouter en 1996 l’inventaire fédéral des sites marécageux d’importance nationale; cet inventaire comprend non seulement des marais, mais d’autres éléments qui sont caractéristiques des paysages marécageux. Quatre sites marécageux particulièrement beaux sont présents dans le canton de Fribourg: le lac de Lussy (près de Châtel-St-Denis), la région du Niremont (commune de Semsales), les Gurles (commune de Sâles en Gruyère) et la Grande Cariçaie (le long du lac de Neuchâtel).
La mise en œuvre de la protection des marais est de la responsabilité des cantons. Le canton de Fribourg a également procédé en 1994 à un inventaire des marais d’importance régionale : ils sont 74 dans le canton à avoir été ainsi recensés en complément de l’inventaire fédéral.

Mais une simple mise sous protection juridique des marais ne suffit pas à garantir leur avenir à long terme. Il faut souvent intervenir pour redonner à ces marais une dynamique favorable:

  • Des zones tampons sans apport d’engrais ont été créées autour des marais pour éviter l’infiltration de substances nutritives.
  • Des canaux de drainage sont rebouchés à l’aide de barrages dans les sites marécageux pour rétablir le régime hydrique.
  • Les marais sont souvent débroussaillés pour éviter que le milieu ne se transforme en forêt.
  • Des contrats sont passés entre le canton et des agriculteurs pour entretenir par la fauche certaines prairies humides.
La lente et insidieuse disparition des marais se poursuit malheureusement encore de nos jours. Depuis leur mise sous protection, leur surface a encore diminué et leur qualité s’est dégradée.