Home Vos questions sur les marais Qu'est-ce-qu'un marais?
Qu'est-ce qu'un marais?

 

Les zones humides peuvent faire leur apparition partout où les sols sont gorgés d’eau: en bordure d’étangs ou de lacs, mais aussi dans de petites dépressions imperméables ou aux abords d’une source ou d’un suintement.
Tourbière, marécage, bas-marais ou haut-marais. Ces termes très spécifiques prêtent souvent à confusion, d’autant plus qu’ils décrivent des milieux humides parfois radicalement différents.
On distingue deux catégories principales de marais, selon le type de végétation, l’apport en eau et la teneur en substances nutritives:


3.1. Haut-marais (= tourbière)
tourbireUn haut-marais se caractérise par une importante couche de tourbe formée principalement par des mousses, les sphaignes, qui sont les véritables maîtres d’œuvre de la tourbière. Cette couche, qui peut atteindre plusieurs mètres, prend normalement un aspect bombé, d’où le nom de «haut-marais».
Les sphaignes ont la particularité de se gorger d’eau comme une éponge et de relâcher dans le milieu environnant des acides ; ajoutons à cela le manque d’oxygène, et nous obtenons un milieu qui rend la mission des micro-organismes décomposeurs quasi impossible, d’où l’accumulation importante de matière organique. La croissance des sphaignes est très lente : environ 1 mm par année sous nos latitudes. Cela explique le temps qu’il a fallu pour former les tourbières. Là où elle n’a pas été trop exploitée, la couche de tourbe peut atteindre plusieurs mètres (par exemple, près de 8 m à Echarlens).
La tourbière dépasse le niveau des eaux souterraines et n’est donc alimentée que par les eaux de pluies et les substances nutritives en suspension dans l’atmosphère: autant dire très peu ! C’est donc un milieu nutritivement très pauvre. Au contraire des bas-marais où prolifèrent bon nombre d’espèces végétales, le haut-marais est le royaume des spécialistes qui se sont petit à petit adaptés à ces conditions extrêmes. De l’air pur et de la pluie: qui d’autre pourrait se permettre un régime aussi draconien ?
Le haut-marais est en quelque sorte l’aboutissement d’une ultime étape ; il se développe sur le bas-marais une fois que les sphaignes, ces mousses spécialisées, commencent à s’élever au-dessus de la limite d’influence des eaux souterraines. Toutes les tourbières sont des marais, mais l’inverse n’est pas vrai !


3.2. Bas-marais

bas-marais

Les bas-marais constituent la majorité des zones humides que nous connaissons. Les bas-marais sont en contact avec la nappe d’eau souterraine qui contient également des substances nutritives: ils sont donc plus riches qu’un haut-marais, alimenté uniquement par l’eau de pluie. Et cela se remarque du premier coup d’œil ; la végétation y est en général plus luxuriante, plus haute, plus verte et de nombreuses espèces occupent ce milieu. A l’inverse d’une tourbière qui est essentiellement acide, un bas-marais peut-être acide ou alcalin.
Alors que les sphaignes dominent dans les tourbières, ce sont les laîches, des sortes d’herbes, qui forment le gros de la végétation dans les bas-marais.La tourbe n’est pas l’apanage des tourbières: il s’en forme également dans les bas-marais, mais elle n’est pas issue des sphaignes. Elle est alors faite de divers végétaux morts et peu décomposés à cause du manque d’oxygène. Il existe de nombreux types de bas-marais : prairies humides, roselière, mégaphorbiaie, cariçaie… Les berges naturelles des lacs et des étangs sont souvent colonisés par une végétation typique de bas-marais.
Certains marais, intermédiaires entre les hauts-marais et les bas-marais, sont appelés marais de transition.


Haut-marais (= tourbière) Bas-marais
Apport en eau Précipitations

Nappe d’eau souterraine,

précipitations, source…

Substances nutritives Très peu, milieu pauvre Assez, milieu plus riche
Degré d’acidité Milieu acide Milieu acide à alcalin
Espèces

Espèces très spécialisées vivant dans

un milieu extrême (pauvre et acide)

Espèces peu spécialisées
Eléments caractéristiques Les sphaignes, qui forment la tourbe Les laîches